Lundi, 18 Décembre 2017
Date supplémentaire : samedi 15 mars 2014
Écrit par FR   
Vendredi, 14 Février 2014 00:00

num azurDans les précédents posts nous évoquions le succès rencontré par la pièce de Bernard Weinhart et surtout le talent des acteurs à la mettre en scène. Le succès est tel que toutes les places sont d'ores et déjà vendus. 

Si nous avons déjà eu d'excellentes saisons la situation de cette année est inédite. Jamais nous n'avions rassemblé autant de monde. A ce stade, il nous reste 4 représentations et toutes se joueront à guichet fermé. Malheureusement il y a encore trop d'appels téléphoniques de personnes qui veulent des places. Une date supplémentaire s'impose. C'est chose faite, ce sera le samedi 15 mars.

Voilà plusieurs années que nous ne rajoutons pas de date pour éviter d'habituer le public à se dire que de toute façon ils pourraient venir même en retard. Cette année pourtant une rallonge s'impose étant donné que ceux qui n'ont pas vu la pièce n'auraient de toute façon pas eu de billet avant. "Un moment il faut s'avoir s'arrêter" s'exclame Damien un brun aggacé par le fait de rempiler. Mais il sera bien sur scène pour la 12ème représentation, pour donner satisfaction au public fidèle.

Promis ce sera la dernière, la salle ne serait de toute façon pas disponible au delà.

 
Le rythme de croisière
Écrit par FR   
Mercredi, 05 Février 2014 00:00

IMG 2313Si l'Espace Vitrac Saint Vincent n'avait pas vocation à devenir une salle de théâtre elle sera pourtant en un peu plus d'une quinzaine d'année devenue le temple du théâtre en dialecte. Le public a encore afflué en nombre ce Week-end. Les 2 prochaines séances affichent elles aussi déjà complet.

Ce week-end encore, les acteurs sont montés sur scène avec la conscience de faire de la pièce une oeuvre sacrée, de communier avec le public. Ils sont une sorte "d'officiant laic" dont la religion serait le théâtre. Cet art, qui permet de raconter une histoire. Qui plus est dans notre dialecte une histoire dont on n'oserait rire en réalité. Ils méritent le succès qu'ils rencontrent cette année, tant les acteurs travaillent pour parfaire leur rencontre avec cet autre qu'ils incarnent le temps d'une représentation. Ils ne ménagent pas leurs efforts sur scène pour le plus grand plaisir du public.

Ce dernier n'est d'ailleurs pas indifférent à ce qui se passe à Siersthal depuis déjà plusieurs années maintenant. Nous faisons le maximum d'efforts à tous les niveaux pour que la qualité soit à son maximum. Sur scène, mais aussi partout ailleurs. Dans les coulisses comme derrière la buvette ou la billetterie. "Le travail que nous menons depuis quelques années porte ses fruits" commente l'ancien président Fabien Rohrbacher pour qui le "service aux clients" est presque un sacerdoce. Nous nous devons de donner le meilleur de nous même et ce, à tous niveaux. Rien n'est laissé au hasard. Et visiblement le public aime ça à en croire les nombreux commentaires de soutient.

Pour tous ceux qui n'ont pas eu la chance de voir la pièce il ne reste plus que quelques places pour les représentations du 28 février et du 2 mars. Pour les retardataires, il faudra essayer de vous faire offrir un DVD du lapin de Paques.

A très vite. 

 
L'auteur présent à Siersthal
Écrit par FR   
Lundi, 20 Janvier 2014 00:00

2eme20142ème représentation pour les "grenouilles de scène" avec une soirée un peu particulière puisque l'auteur de la pièce se trouvait parmis le public.

Bernard Weinhart, l'auteur de la pièce interpretée cette année par les acteurs de la troupe du Fresche-Theater a rendu un hommage au travail de fourmi que fait la troupe depuis de nombreuses années en se déplacant spécialement pour l'évènement.

Autant redouté que secretement espéré depuis longtemps, cette représentation un peu particulière, cette rencontre entre les acteurs qui ont le mérite "d'animer" un être de fiction et l'auteur qui l'a imaginé a tenu toutes ses promesses. Ils ont parfaitement assumé le succès de la pièce, par la qualité de leur interprétation. Et l'auteur est ravi.

Les acteurs étaient évidement au courant de la venue de celui qui inspire le respect en "patron du texte". Pendant que la salle se remplie, chacun scrute la porte d'entrée et essaie de deviner, en cherchant ce visage forcément nouveau. A quelques minutes du début le voilà. Que le spectacle commence.

La pression, les acteurs l'ont. Chacun espère être au plus prêt du rôle que l'auteur a voulu créer. Est-ce que l'auteur va aimer ? Pendant toute la pièce les membres essaient d'interpreter et de lire le facies de Bernard Weinhard qui participe aux fous rires. "Ouf il rigole". Visiblement très satisfait de "sa" pièce interprétée par les siersthalois et les lambachois, l'auteur viendra sur scène à la fin du spectacle pour dire toute sa fierté, sa joie d'être présent et surtout pour rendre hommage aux acteurs qui selon lui sont allés au delà de ce qu'il pouvait espérer lorsqu'il a écrit le texte. En coulisse, il exprimera également sa surprise quant aux moyens techniques déployés, notamment au niveau du son. En effet, assis quasiment au fond de la salle, il a entendu les acteurs mot pour mot.

En tout cas tout le monde a été agréablement surpris par cette 2ème représentation. Après un démarrage dimanche dernier qui dépasse tous les pronostics, voilà que la 2ème fait également mentir toutes les statistiques. Les responsables espèrent une saison stable, mais surtout ... qu'il y aie de la place pour tout le monde.

A suivre... 

 
"Première" record pour notre troupe
Écrit par FR   
Lundi, 06 Janvier 2014 00:00

premiere2014Au fil des saisons, on lit souvent les mêmes articles lors du démarrage de la saison. Mais cette année l'histoire ne se répète pas. La troupe du Fresche-Theater démarre sur les chapeaux de roues et qui plus est pour la bonne cause.

Il est 13h30 lorsque plus de 40 personnes sont déjà amassées devant la porte de l'Espace Vitrac Saint Vincent. Une fois les portes et le guichet ouvert la salle se remplie très vite. "Nous savions qu'une action pour le Burkina aurait un impact sur le nombre de spectateurs, mais on ne s'attendait pas à ça" commente Cyrille encore déçu d'avoir été obligé de renvoyer les nombreux malheureux qui n'ont plus eu la possiblité d'avoir accès au spectacle. Il est l'heure de démarrer. Fabien prend le premier la parole pour présenter l'après midi en remerciant les nombreux spectateurs, pour certains venus de loin pour soutenir l'action que les grenouilles avaient choisi de soutenir à l'unanimité. Il a également remercié le président de l'inter-association qui, comme chaque année, laisse la salle gratuitement à la troupe pour cette date, de façon à augmenter le don. 

Que le spectacle commence. 

Les jeunes d'abord, avec 3 nouvelles recrues, qui semblent tellement à l'aise sur scène qu'on ne remarque pas que c'est leur "première" . Une nouvelle fois une pièce de Karl Valentin, celui a qui est dédié un Musée à Munich, dont l'humour est maintenant bien connu dans la vallée.  Les adultes ensuite... Chaque année le doute s'installe avant le démarrage. Et cette fois encore ils ont exploité tous les recoins de la pièce de Bernard Weinhart qui sera présent en personne samedi prochain. Le public semblait conquis à entendre les nombreuses explosions de rire et les salves d'applaudissements. 

Une émouvante générosité.

Lors de la remise du chèque le président souligne avec un brin d'émotion que ce n'est pas forcément la fonction (Alfred est le curé de nos villages) mais bien l'homme qui a fait que les membres de la troupe on choisi à l'unanimité de soutenir le projet de construction d'une maison populaire dans un village du Burkina Faso. Alfred, celui qui exerce son ministère à plusieurs milliers de kilomètres des siens, celui qui a une capacité d'adaptation hors pairs et une liste de diplômes faisant palir les plus élistes. Il est un exemple pour nous tous, d'autant qu'au delà de tout ça il parvient à rester humble et simple.

Alfred soulignera quelques minutes après la remise du chèque qu'on ne peut pas s'imaginer sa joie et son bonheur et qu'il est très surpris qu'on puisse choisir de soutenir une patrie et des gens que l'on ne connait même pas. "Maintenant vous est en alliance avec eux", dira-t-il reconnaissant. 

Ce projet n'est pas porté seul par Alfred, mais aussi par la famille Huver qui songe à créer une association pour structurer davantage son action. Les membres de la troupe du Fresche-Theater a été très surprise de voir le montant du chèque, quelques 2786,30 EUR. C'est le plus gros don jamais versé par la troupe. "Nous en sommes très fiers, ce don est une sorte d'effet papillon, car grâce à lui quelque chose va changer à des milliers de kilomètres d'ici" dit Fabien l'ancien président qui peut être rassuré, sa succession commence par un record.

 
Le Fresche-Theater soutient une action au Burkina Faso
Écrit par FR   
Jeudi, 26 Décembre 2013 00:00

burkinaDepuis sa création, la troupe du Fresche-Theater fait don de l'intégralité de la recette de la première représentation. Cette année, c'est un projet au Burkina Faso qui a été retenu.

C'est en Assemblée Générale, lors du lancement de la saison 2014, que les membres du Fresche-Theater on décidé de soutenir une action au Burkina Faso, Pays d'origine du père Alfred, actuel curé de la paroisse. Bruno Rohrbacher actuel président à demandé à Fabien Rohrbacher de présenter les différents projets. Il n'aura pas fallu beaucoup d'arguments à ce dernier pour permettre aux membres de faire leur choix. En effet, un réel lien d'amitié a été tissé avec Alfred. Ce dernier avait accepté sans aucune hésitation de participer à la fin de l'une de nos pièces de théâtre après seulement 3 mois de présence dans notre région. De plus, ce projet est porté par la famille Huver, bien connue à Siersthal puisque Chantal, disparue trop tôt, était une fille du pays.

"Nous avons a coeur de choisir des actions caritatives bien ciblées", commente Bruno Rohrbacher, "et vérifions surtout que les fonds parviennent à destinations". Jusqu'ici, toutes nos actions, locales ou non se sont toujours faites avec des personnes de confiance. Le Fresche-Theater a ainsi soutenu des projets un peu partout dans le monde. A commencer par Siersthal et Lambach avec un dons pour les chauffages des églises, "Laura les couleurs de la vie", [...], mais aussi à l'étranger, en équateur, au Brésil, en Haiti, à Madagascar, au Rwanda, au Togo. (Cliquez ici pour consulter toute la liste des opérations).

C'est une réelle fierté pour tous les membres du Fresche-Theater de savoir que grâce à eux les choses ont un peu changé quelque part dans le monde. Les fonds devaient à l'origine participer au financement d'un puits d'eau potable. "Le théâtre de la grenouille" qui finance un puits n'est ce pas un énorme symbole ? Entre-temps nous avons appris que le puits vient d'être mis en service. Le Fresche-Theater participera au financement du 2ème projet, à savoir une maison de l'orphelin.

Rendez-vous le 5 janvier 2014 à 14h45 pour démarrer la saison par une bonne action. 

 
<< Début < Précédent 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivant > Fin >>

Page 4 sur 12