Jeudi, 19 Juillet 2018
Sous le signe de la générosité
Écrit par rédacteur   
Lundi, 07 Novembre 2011 00:00

favelaLe dimanche 8 janvier 2012, tous les membres du Fresche-Theater se lanceront dans une nouvelle saison. Comme à leur habitude, les "Fresche" feront preuve de générosité et reverseront l'intégralité de la recette à une oeuvre. Cette année ce sont des enfants du Brésil qui en profiteront.

C'est maintenant une tradition. La totalité de la recette de la "première" de chaque saisons est reversée à une oeuvre. De part leur générosité, les membres du théâtre ont ainsi déjà soutenus des actions, en Equateur, au Rwanda, au Togo, en Haiti, à Madagascar ou encore plus locales comme l'association "Laura les couleurs de la vie", "le lièvre et la tortue", le chauffage des églises ou encore la lutte contre la mucoviscidose, l'association des Handicapés du Pays de Bitche, 

En 2012, le Fresche-Theater soutiendra une association de Kerbach dans le bassin Houllier. Cette association s'appelle "Enfance Espérance du Brésil" et oeuvre comme son nom l'indique auprès des enfants du Brésil, plus précisemment dans la Favela.

Nous avons voulu en savoir plus et avons posé quelques questions à son président Jean Junker.

Fresche-Theater : Depuis quand êtes vous actif au Brésil et comment vous est venue cette idée ?

Jean Junker : En 2000 nous avons fait un voyage humanitaire au Brésil et avons rencontré Bernadette Marchand. Cette dernière consacre sa vie aux plus démunis de la Favela depuis plus de 20 ans. Elle y accomplit un travail extraordinaire dans un esprit qui nous a séduit. L'idée de ne pas faire d'assistanat. Rien n'est donné sans contre-partie. Chaque personne secourue s'engage à participer au fonctionnement de la collectivité. Nous ne pouvions rester insensibles à tant de misère, à l'appel de celle qui se dévoue sans compter et au regard triste de ceux qui pourtant ne demandent rien.

FT : Que soutenez-vous exactement là-bas ?

JJ : L'effort de Bernadette qui a construit avec ses protégés un Centre d'accueil abritant essentiellement une crèche et accueil de jeunes mamans dans la détresse, une école maternelle, du soutien scolaire, une formation professionnelle, une unité de soins, et permettant en même temps à 400 enfants de bénéficier d' un repas et d'un goûter par jour. Elle fait face à toutes les détresses , essaie de rendre espoir et d'offrir des perspectives d'avenir moins sombres aux enfants et aux adolescents par l'instruction, l'éducation et la formation .

FT : De quels moyens disposent votre association ? Quels ont les besoins ?

JJ : Notre bonne volonté et notre imagination. Toutes les idées et les bonnes volontés sont les bienvenues. Le but de notre association est de recueillir le plus de fonds possible pour permettre à Bernadette de poursuivre son action, de soulager le plus de misères possible, dans un pays où les pauvres ont de plus en plus de mal à vivre. ( La plupart disposent d'un euro /jour dans la favela.)

FT : A quoi pourraient servir les fonds récoltés à Siersthal le 8 janvier 2012 ?

JJ : Il faut savoir qu'un Euro permet de nourrir au moins 1 enfant par jour.

FT : Quelles sont les actions que vous menez dans l'année ?favela2

JJ : Marché aux plantes au printemps à Kerbach

Marché de Noël à Forbach fin novembre

Vente de sapins début décembre

Vente d'œufs de Pâques

Vente de plantes et café-gâteaux au Jardin franco-allemand de Sarrebruck au mois de juin

Marche populaire à Postroff en juillet

Soiré harengs à Postroff en novembre

Organisation d'un repas gastronomique en collaboration avec le Lycée hôtelier de Freyming-Merlebach

Organisation d'un concert

Participation à des brocantes

Vestiaire et restauration lors de manifestations culturelles.

FT : Quel message aimeriez vous faire passer par l'intermédiaire de notre troupe ?

JJ : Nous ne sommes peut-être pas responsables si ces enfants meurent de misère et de faim, mais nous le deviendrions si nous ne faisions rien.

Prenons-en conscience : nous avons la chance de vivre confortablement . Comme a dit Gandhi, essayons de « vivre simplement pour que d'autres simplement puissent vivre », et trop souvent, survivre.

 

Pour découvrir toutes nos actions cliquez ici